400 ans après sa mort, Shakespeare revit à Carthage !

Au sujet de l’enjeu du Festival-Colloque, il faut noter qu’il a  pour ambition d’affirmer son engagement en faveur de la diversité culturelle, de consolider les dimensions arabes et africaines de ce rendez-vous en donnant une visibilité accentuée à la création théâtrale contemporaine dans le Monde arabe et en Afrique

Théâtre: 400 ans après sa mort, Shakespeare revit à Carthage !

La 18e session  du Festival-Colloque international baptisé «Les  journées théâtrales de Carthage», revisite l’icône du théâtre planétaire, avec une présence ivoirienne digne d’intérêt.

C’est ce mardi 22 décembre 2016 que s’ouvre à Carthage, cœur historique de Tunis, la capitale, la manifestation la plus importante de théâtre en Tunisie. En effet, la 18e édition des «Journées théâtrales de Carthage» dite Jtc 2016 rendra hommage durant trois jours au plus grand dramaturge de tous les temps, William Shakespeare.

Qui n’a jamais entendu parler ou faire allusion, ne serait-ce qu’à «Roméo et Juliette» ? Ou encore s’approprier l’une des nombreuses citations de l’auteur anglais dont la fameuse «La vie est une scène de théâtre où chacun joue son rôle et disparaît» ? Bref, le rendez-vous de Carthage est de portée mondiale et verra les participations,  en ce qui concerne la Côte d’Ivoire, de Wèrè Wèrè Liking qui y sera célébrée pour l’ensemble de son œuvre, ainsi que de Dr Denise Kacou-Koné, professeur d’art dramatique, unique spécialiste ivoirienne de Shakespeare, aujourd’hui reconnue par ses pairs de par le monde. Une double fierté pour le  pays !

Au sujet de l’enjeu du Festival-Colloque, il faut noter qu’il a pour ambition d’affirmer son engagement en faveur de la diversité culturelle, de consolider les dimensions arabes et africaines de ce rendez-vous en donnant une visibilité accentuée à la création théâtrale contemporaine dans le Monde arabe et en Afrique, et de renforcer le rayonnement du festival dans les régions intérieures en Tunisie, avec un accent particulier sur les publics jeune, scolaire et universitaire.

«Sur le plan de la programmation, l’accent a été mis sur le théâtre shakespearien et son influence sur les théâtres arabe et africain; l’année 2016 étant l’année de célébration du 400eanniversaire de la disparition de W. Shakespeare. Un colloque international autour du thème «Shakespeare sans frontières» se devait d’être organisé, avec la participation de grands spécialistes du théâtre de Shakespeare», soutient Dr. Lassaad Jamoussi, directeur du festival.

L’accent est aussi mis sur la participation du plus grand nombre possible de compagnies théâtrales venues d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du nord. Fidèles à ses traditions, les Jtc rendent hommage lors de la présente  édition à des femmes et des hommes de théâtre qui ont marqué  les scènes arabes et africaines à l’instar de l’Ivoirienne Wèrè Wèrè Liking, le Béninois Béno Sanvé et l’Algérien Mohammed Adar, du Marocain Taieb Seddik en plus de deux  grandes figures du théâtre tunisien, Jalila Bakar et Taoufik Jebali. Tous et chacun ayant, d’une manière ou d’une autre, contribué à l’édification des consciences par l’appropriation des vertus des textes shakespeariens.

Wèrè Wèrè Liking et Dr Denise Kacou-Koné, fiertés ivoiriennes !

Éminente membre de l’Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas africaines (Ascad), Wèrè Wèrè Liking est une écrivaine, chorégraphe et dramaturge ivoiro-camerounaise, fondatrice  groupe Ki Yi M’Bock, compagnie de théâtre basée à Abidjan. Figure importante du renouveau de l’esthétique du théâtre-rituel, elle a reçu en 2000 le Prix du Prince Claus et en 2005 le Prix Noma de publication en Afrique pour son livre La Mémoire amputée. Son apport à l’essor des planches en Afrique et dans  le monde est indéniable. Et lui décerner une distinction, en plus, à Carthage, n’est que justice.

Dr Denise Kacou-Koné, enseignante de théâtre à l’Université d’Abidjan-Cocody, à l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (Insaac) d’Abidjan, depuis un quart de siècle, et fondatrice de l’espace culturel La case des arts à Cocody-Danga, est l’unique spécialiste du théâtre de Shakespeare dont la Côte d’Ivoire peut s’enorgueillir. Et c’est avec un sentiment mitigé, entre celui d’avoir à la demande  de ses étudiants le jugeant trop difficile, abandonné la dispensation du cours sur Shakespeare, et celui de voir son expertise reconnue par ses pairs, que Dr Denise Kacou-Koné, prendra la parole à Tunis, présidant même certains panels.

Au nom de toute l’Afrique subsaharienne, invitée intuitu personæ, par la direction du Colloque ! La  communication de celle qui fut chef de cabinet au ministère ivoirien de la Culture et de la Francophonie,  intitulée «Shakespeare parle aux Africains», mettra, entre autres aspects, un point d’honneur à mettre en lumière l’apport de la pensée et de la trame shakespearienne à l’Afrique sous le prisme de son universalité. Relisant un Césaire ou un Dadié qui s’en sont inspirés, Denise Koné ouvrira un champ actanciel et thématique  originaux en termes heuristiques, dans lesquels   L’île de tempête ou Monsieur Tôgô Gnini de l’un comme de l’autre, épouseront à l’envi La tempête ou encore Le roi Lear de Shakespeare.

Par REMI COULIBALY de fratmat.info

©2017 Africanow designed by FREECONCEPT.MA

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?