Cinq sites africains dans le collimateur de l’UNESCO

C’est du 2 au 12 juillet prochain que l’UNESCO se prononcera sur l’éventuelle inscription de trente cinq sites culturel qui lui ont été proposés dont cinq sont africains. Ces sites sont de véritables merveilles.

Tout d’abord, nous avons la capitale de l’Erythrée Asmara. Des années 1920 à leur départ en 1941, les colons italiens en avaient fait « la cité la plus moderne et la plus sophistiquée d’Afrique. Une cathédrale, des cinémas et théâtre cette ville est un véritable modèle pour l’architecture moderne.

En deuxième position, Mbanza Kongo, capitale de l’ancien royaume de Kongo en Angola. Cette ville malgré ses ruines apporte un héritage culturel important sur une civilisation disparue.

Partons en Afrique du Sud sur le territoire sauvage des Bushmen de Xam Khomani, une ancienne civilisation. Nous notons également la présence d’art rupestre sur ce territoire.

Dans cette course, deux sites sont des parcs nationaux contrairement au trois premiers lieux chargés d’histoire. Nous avons le Parc National W au  Niger baptisé “  Complexe W-Arly-Pendjari “.  Ce parc englobe désormais le Bénin et le Burkina Faso. Le paysage de ce parc est diversifiés et exceptionnels avec de vastes étendues de prairies aquatiques et de savanes herbeuses, les massifs rocheux (Gobnangou, Atakora).

Enfin vint le Parc Mole au Ghana, la plus grande réserve de vie sauvage fondé en 1958.

Tags:

©2017 Africanow designed by FREECONCEPT.MA

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?