La Fondation Merck célèbre la Journée Mondiale des Embryologistes et 40 ans de Fécondation In-Vitro (FIV)

La Fondation Merck célèbre la Journée Mondiale des Embryologistes et 40 ans de Fécondation In-Vitro (FIV)

0

La Fondation Merck(Merck-Foundation.com), la branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne célèbre la ‘Journée Mondiale des Embryologistes 2018’ à travers leur campagne de « Merck Plus Qu’une Mère » dans le but de briser la stigmatisation de l’infertilité et de sensibiliser sur la prévention de l’infertilité et sur l’infertilité masculine.

« La campagne de ‘Merck Plus Qu’une Mère’ a été lancée en 2015 pour autonomiser les femmes infertiles à travers l’accès à l’information, à la santé et au changement de mentalité. Grâce à cette campagne, la Fondation Merck, en partenariat avec les Ministères de la Santé et les cabinets des Premières Dames africaines, renforce les capacités de soins en fertilité en offrant une formation clinique aux spécialistes de la fertilité et aux embryologistes en Afrique et en Asie » a souligné le Dr. Rasha Kelej, PDG de La Fondation Merck et Présidente de Merck Plus Qu’une Mère.

La Fondation Merck à fournir une formation à plus de 50 spécialistes de fertilité et embryologistes venant d’Afrique et d’Asie. C’est une initiative en cours car le but est de renforcer les capacités de soins en fertilité.

« Notre objectif est de sensibiliser le public sur l’infertilité et de briser la stigmatisation qui y est associée, ainsi que de soutenir les systèmes de santé par des mesures de prévention, de diagnostic et de prise en charge efficaces grâce à nos programmes de renforcement des capacités. Nous travaillons dur à tous les niveaux pour atteindre cet objectif ; tous nos programmes sont un pas dans la même direction », a ajouté le Dr. Rasha Kelej.

La Fondation Merck a récemment organisé les Prix de Reconnaissance des Médias de « Merck Plus Qu’une Mère » 2017 et a lancé un appel à candidatures pour 2018. Les prix ont été organisés pour souligner le rôle des médias dans l’amélioration de l’engagement du public et la compréhension de la stigmatisation due à l’infertilité ainsi que le besoin de changer sa perception sociale dans les communautés africaines. C’était aussi un geste pour encourager et remercier les journalistes qui écrivaient et travaillaient pour cette cause.

La Fondation Merck a également conclu sa première formation des médias de santé de Merck à Nairobi au Kenya, organisée pour souligner le rôle important joué par les médias pour influencer notre société afin de créer un changement de culture dans le but de briser la stigmatisation de l’infertilité en général et des femmes infertiles particulier.

Le programme de formation, qui faisait partie du Programme de Sensibilisation de la Communauté de « Merck Plus Qu’une Mère », a inscrit la participation de plus de 200 journalistes d’environ 17 pays africains comme le Kenya, Ouganda, Tanzanie, Rwanda, Gambie, Namibie, Mozambique, Nigeria, Ghana, Afrique du Sud, Éthiopie, Botswana, Libéria, Cameroun, Burundi, Malawi, Maurice, Zambie et Sierra Leone.

« Je suis accablé par les commentaires de la communauté des médias sur le programme de formation. Ils en ont immensément bénéficié. Nous nous sommes focalisés sur les normes internationales et l’éthique des médias pour signaler des problèmes délicats comme l’infertilité en Afrique et nous leur avons également fourni toutes les informations scientifiques et les données nécessaires pour mener la sensibilisation sur la prévention de l’infertilité et l’infertilité masculine. Avec le succès de ce programme, nous sommes impatients de l’étendre aux pays d’Afrique francophone et aux pays Asiatiques en 2018 », a ajouté le Dr. Rasha Kelej.

Pendant le programme de formation, la Fondation Merck a annoncé le lancement de nouveaux hashtags #MenToo et #NoForInfertilityStigma pour inviter des médias de toute l’Afrique à partager leurs opinions et leurs histoires sur les réseaux sociaux sur le sujet.

« Non seulement les médias mais aussi l’art ont la capacité et l’influence de faire ressentir le problème, ce qui stimule davantage les émotions et conduit à l’engagement puis à l’action. Donc, nous avons collaboré avec des chanteurs célèbres ; Suzanna Owíyo et Octopizzo du Kenya, Tom Close du Rwanda et Rozzy de Sierra Leone pour lancer trois chansons thématiques : « Guerriers », « La vie est plus grande », « Plus qu’une mère » abordant le sujet avec un accent particulier sur l’infertilité masculine pour encourager les hommes à parler de leur stérilité et rejoindre le parcours de traitement avec leurs épouses » a conclu le Dr. Rasha Kelej.

À propos de la campagne « Merck plus qu’une mère » ;

Dans de nombreuses cultures, les femmes sans enfant souffrent de discrimination, de stigmatisation et d’ostracisme. Leur incapacité à avoir des enfants entraîne un grand isolement, l’exhérédation et des agressions. « Merck plus qu’une Mère » habilite ces femmes à travers l’accès à l’information, la santé, le changement de mentalité et l’autonomisation économique.

Dans le cadre de cette campagne, nous avons lancé le projet « Empowering Berna » en Afrique pour aider les femmes infertiles et sans enfant à lancer leur propre commerce et ainsi devenir indépendantes financièrement et devenir plus fortes et plus heureuses. Le projet a bénéficié à plus de 1 000 femmes à travers le continent.

En outre, une partie de la campagne est notre programme de Formation en Embryologie & en Fertilité de Merck, un cours pratique de trois mois pour établir la plate-forme de spécialistes de la fertilité en Afrique et en Asie.

La Fondation Merck a fourni à plus de 50 candidats, trois mois à six mois de formation clinique et pratique aux spécialistes de la fertilité et aux embryologistes dans plus de 29 pays d’Afrique et d’Asie tels que: Tchad, Niger, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, Ghana, Éthiopie, Ouganda, Kenya, Tanzanie, Zambie, Nigeria, Bénin, Mali, Burkina Faso, Sénégal, Guinée Conakry, Sierra Leone, Libéria, Cameroun, Rwanda, Botswana, République démocratique du Congo, Congo Brazzaville, Gambie, Népal, Siri Lanka, Bangladesh, Myanmar et Cambodge.

La Fondation Merck entre dans l’histoire de nombreux pays africains où elle n’a jamais eu de spécialistes en fertilité ou de cliniques de fertilité spécialisées avant l’intervention de « Merck Plus qu’une Mère » pour former les premiers spécialistes en fertilité tels que ; en Sierra Leone, au Libéria, en Gambie, au Niger, au Tchad et en Guinée.

La Fondation Merck a soutenu la création des premiers centres publics de FIV en Éthiopie et en Ouganda en fournissant la formation clinique et pratique nécessaire à leur personnel. La Fondation Merck prévoit également de soutenir la mise en place de la première FIV publique en Tanzanie prochainement.

« Merck plus qu’une mère » lancée en 2015, est un programme de la Fondation Merck, la fondation pilote nombre de nos initiatives et programmes dans le domaine du renforcement de soins de santé et de capacité en recherche et améliore l’accès à des solutions de soins de santé équitables.

Loading…

Your email address will not be published. Required fields are marked *