Côte d’Ivoire: le zaouli, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

Côte d’Ivoire: le zaouli, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

0

Après la ville de Grand-Bassam, inscrite sur la liste du patrimoine Mondial Matériel en 2012 et le balafon sénoufo (djéguélé) en 2013, le Zaouli devient le 3ème bien de la Côte d’Ivoire inscrit sur la liste prestigieuse du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

L’annonce a été faite le 06 décembre par le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie, M.Maurice Badaman.

Il est bon de rappeler que le Zaouli désigne une danse et une musique populaires pratiquées par les communautés gouro, dans les départements de Bouaflé et de Zuénoula, en Côte d’Ivoire. Hommage à la beauté féminine, le Zaouli s’inspire de deux masques : le Blou et le Djela. Son autre nom, « Djela lou Zaouli », signifie « Zaouli, la fille de Djela ». Le Zaouli associe, dans un même spectacle, la sculpture (le masque), le tissage (le costume), la musique (l’orchestre, la chanson) et la danse. Le masque Zaouli se décline en sept masques faciaux traduisant chacun une légende spécifique. Les détenteurs et les praticiens sont les sculpteurs, les artisans, les instrumentistes, les chanteurs, les danseurs et les notables (garants des coutumes et des traditions de la communauté).

Aussi, le Zaouli possède une fonction éducative, ludique et esthétique. Porteur de l’identité culturelle de ses détenteurs, il contribue également à la préservation de l’environnement, et favorise l’intégration et la cohésion sociale. La transmission de l’élément s’opère à l’occasion des représentations musicales et des séances d’apprentissage. Les amateurs en apprennent la pratique sous la supervision de praticiens expérimentés. La viabilité du Zaouli est assurée grâce aux représentations populaires, organisées deux à trois fois par semaine par les communautés. La chefferie traditionnelle, garante des traditions, joue également un rôle clé dans le processus de transmission. Les festivals et les concours de danse inter-villages constituent également d’autres opportunités de revitalisation. Des activités de recherche et de documentation sont également en cours.


A LIRE AUSSI:
PHOTOGRAPHIE: 11E ÉDITION DES RENCONTRES DE BAMAKO
INVENTEURS NOIRS, UN DEVOIR DE MÉMOIRE

Loading…

About author