Un jeune chercheur crée un système de recyclage des déchets électroniques

Un jeune chercheur crée un système de recyclage des déchets électroniques

0

La gestion des déchets d’équipements électroniques et des substances dangereuses contenues dans ces produits, est l’un des principaux défis environnementaux auxquels le monde et l’Afrique particulièrement font face actuellement. Même les techniques les plus avancées produisent des risques environnementaux. Pour faire face à ce problème, un jeune chercheur égyptien, doctorant en génie chimique à l’Université de Montréal au Canada, est sur le point de révolutionner le recyclage des déchets électroniques. En effet, Mohamed Khalil avait pour leitmotiv de « réaliser quelque chose de très grand ». son ambition semble sur le point de se réaliser; avec la création de son entreprise technologique de recyclage des déchets électroniques: Pyrocycle.

« Les déchets électroniques sont un problème mondial. Les centres de collecte les envoient en Afrique ou passent par les fonderies qui les réduisent à haute température mais en générant des émissions toxiques. Ils utilisent la même technique depuis 90 ans ! », affirme-t-il. Les téléphones cellulaires, les ordinateurs, les imprimantes et les téléviseurs désuets qui ne sont pas recyclés peuvent se retrouver dans des pays africains; où les habitants locaux mettent leur santé en danger en tentant d’y trouver des métaux précieux à revendre. Mohamed a donc décidé de consacrer sa thèse au développement de solutions de recyclage sans risque pour l’environnement.

Son entreprise Pyrocycle a mis au point une technique novatrice, non polluante, efficace et à faible coût pour recycler les déchets électroniques. Son système permet non seulement d’éviter la pollution de l’environnement; mais aide aussi au développement d’une économie circulaire et de récupérer des ressources précieuses ; qui ont une signification considérable pour l’amélioration de l’environnement et la vie humaine. La solution a déjà fait ses preuves sur quelques kilogrammes. ” Le but est de l’amener à un niveau industriel avec des tonnes de déchets électroniques. Ça demande encore beaucoup de travail et d’argent”, avoue-t-il. L’entrepreneuriat de Mohamed Khalil a été récompensé à plusieurs reprises. Notamment, il a remporté le prix du public Innovinc RBC; ainsi que la deuxième place du Concours d’idées d’entreprises de l’ACEE du Québec. 


A LIRE AUSSI:
CÔTE D’IVOIRE: INSTAURATION D’UNE NOUVELLE TAXE POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
L’IMPACT DES VIEUX VÉHICULES IMPORTÉS SUR L’ENVIRONNEMENT
About author