PNUD-AFRIQUE : Les Inégalités d’éducation Hommes-Femmes ralentissent le développement

PNUD-AFRIQUE : Les Inégalités d’éducation Hommes-Femmes ralentissent le développement

0

Selon la directrice de France ONE ( ONG membre de la coalition pour l’éducation ) , Friederike Röder« il faut saluer les progrès réalisés dans l’accès des filles à l’enseignement primaire sur le continent Africain. C’est particulièrement vrai dans les dix dernières années, et ce mouvement a été porté par les objectifs du millénaire définis par l’ONU en 2000 pour délivrer une éducation primaire universelle. Le défi est maintenant l’enseignement secondaire.

D’après la Banque Mondiale, l’Afrique recense, après l’Asie, le second plus fort taux de participation des femmes à la vie active mais elles sont aussi le segment de la population sujet aux emplois précaires faute d’éducation . L’Institution Financière Internationale souligne que dans les zones rurales, les femmes Africaines travaillent bien plus que les hommes et assument en plus la grande majorité des tâches ménagères.

En Afrique, sur une population totale estimée à 1,071 milliard d’individus, les femmes représentent près de la moitié. Soit 497 millions de femmes pour 574 millions d’hommes. Cette population féminine est considéré comme un formidable potentiel économique en latence. Bien formées, elles pourraient représenter une main-d’œuvre essentielle pour le continent, des millions d’idées innovantes dans divers secteurs d’activités, une source de richesse gigantesque. Dans son rapport intitulé: « Promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes en Afrique », publié en 2016, le PNUD ( Programme des Nations unies pour le développement )révélait que les inégalités entrent les sexes coûtent en moyenne 95 milliards de dollars US par an à l’Afrique subsaharienne, culminant à 105 milliards de dollars US en 2014, soit 6% du PIB continental.

Les statistiques montrent que les filles sont 15 % moins nombreuses que les garçons à suivre les trois dernières
classes du secondaire. Des études ont prouvé que les pays pauvres pourraient, dans leur ensemble,
être chaque jour plus riche de 240 millions d’euros, s’ils arrivaient à scolariser les filles comme les garçons.Les filles qui n’ont pas accès à l’éducation ont aussi moins accès à des soins et ne peuvent pas trouver un emploi de qualité ».

Loading…

About author