Relever le défis du “Développement Africain” sans perdre sa Souveraineté

Relever le défis du “Développement Africain” sans perdre sa Souveraineté

0

À l’aube de l’instauration d’une zone de libre-échange à l’échelle de l’Afrique prévue en 2019,
les pays du continent font face à un défi :< se développer sans perdre leur souveraineté.>

« Nous avons besoin de 130 milliards de dollars en infrastructures par an », explique Victor Harison , commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine (UA) lors du Forum Afrique organisé par l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques), mercredi à Paris.Le commissaire de l’UA a appelé les investisseurs étrangers à placer leur argent en Afrique,mais a mis en garde sur la nécessité de conserver une Souveraineté Africaine.« Aujourd’hui les projets énergétiques, d’infrastructures ou d’exploitation minière financés par des capitaux étrangers ne sont pas gagnant-gagnant »,a-t-il expliqué à l’AFP.« Nous sommes victimes du syndrome hollandais, c’est-à-dire que certains pays sont très riches de ressources naturelles mais leur exploitation ne profite pas au pays. »

Le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a mis en évidence dans son discours d’introduction du Forum la complexité des procédures de financement avec l’Union européenne. En opposition avec d’autres investisseurs qui fonctionnent de manière beaucoup plus simple. Beaucoup ont reconnu la Chine dans cette deuxième catégorie d’investisseurs. « La Chine est un interlocuteur de premier ordre. Les taux de croissance élevés de l’Afrique ces dernières années sont liés à l’investissement chinois », explique à l’AFP Mario Pezzini, directeur du Centre de développement de l’OCDE.Le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo note que la Chine en investissant dans l’économie Africaine finance également des projets annexes comme des hôpitaux, des bâtiments publics ou d’autres infrastructures.

Ibrahim Assane Mayaki, ancien Premier ministre Nigérien, aujourd’hui à la tête de l’agence de développement de l’UA, le NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique)« La Chine investit 20 milliards de dollars dans des infrastructures Africaines par an et je pense que c’est à nous de savoir comment défendre nos intérêts » … Lire la suite

Source : L’Orient Le Jour

Loading…

About author